L'Université du Temps Libre
Maison de la Vie Associative de Villeneuve-sur-Lot

Détails de la conférence

"Quel avenir pour l'occitan ?"
par Patrick SAUZET
organisée le 03/01/2017 à 14h30

Conférence de Patrick Sauzet, Professeur de linguistique occitane à l'Université de Toulouse II le Mirail et chercheur dans le laboratoire CLLE ERSS UMR 5263 du CNRS.
L'occitan : langue soeur du français ou frère ennemi ?

Le choix tout récent de la grande région centrale du Pays d'oc de se dire " Occitanie " ne changera peut-être pas le sort de la langue qui lui donne son nom. Il invite au moins à s'interroger sur cette langue, ce qu'elle a été, ce qu'elle est, ce qu'elle peut être demain. Quand il arrive que l'actualité se penche sur les langues régionales, l'occitan n'est assurément pas celle qui est le plus souvent citée.

L'occitan ou langue d'oc, est pourtant la première des langues régionales de France par la surface du territoire concerné, le nombre des locuteurs, le nombre d'élèves ou d'étudiants qui l'apprennent. C'est aussi celle qui possède et développe la plus riche littérature.

Pourquoi dans ces conditions cette discrétion ou cette invisibilité ? En envisageant conjointement les deux langues, l'occitan et le français, et leurs relations, on peut tenter de comprendre comment cette langue romane territorialement adjacente et linguistiquement proche, oscille entre une égalité de principe reconnue et le défi d'existence. Entre les prestiges fugacement reconnus du Trobar ( la création poétique des troubadours ) et la déchéance patoise proclamée, entre l'unité anciennement reconnue de la langue et sa complexité dialectale, l'occitan ne trouve pas de statut stabilisé. Si l'entreprise de lui en donner un est à la fois si difficile et si importante, c'st que donner sa place à l'occitan implique non pas de réduire celle du français, mais de modidfier la façon dont on présente et perçoit cette langue. C'est la vision de la langue en France qu'il faut réviser si on veut donner une place à l'occitan.